Chargement Évènements

« Tous les Évènements

  • Cet évènement est passé

L’injonction au bonheur : une nouvelle tyrannie ?

19 janvier 2022 18 h 30 - 20 h 30

Injonction au bonheur

Conférence animée par Marc Gindre,
ancien professeur de Sciences économiques et sociales

Vouloir être heureux est un objectif largement partagé, au moins dans les sociétés comme la nôtre. Et ce désir n’est pas vraiment nouveau. Mais ce n’est pas seulement l’objectif d’être heureux qui est prégnant aujourd’hui. Ce qui frappe, c’est ce sentiment qu’être heureux – au moins d’en présenter des signes extérieurs – est devenu une nécessité, voire une obligation. Plus important encore, si l’on en croit les messages reçus de toute part, nous serions tous capables de bonheur. Si et seulement si nous savons faire preuve de « positivité ».
  • Que nous dit cette injonction de notre époque, de l’évolution de notre rapport au « je », à la souffrance, à la tristesse ? En quoi impacte t-elle nos choix, nos priorités, nos rapports aux autres ? Pourquoi est-elle imprégnée de sérieuses contradictions ?
  • Comment la relier au développement de la liberté ,depuis le siècle des Lumières ? Quel lien peut-on établir entre cette nouvelle tyrannie et la montée en puissance de « la psychologie positive » ? Pourquoi cette injonction au bonheur permet-elle de mieux comprendre certaines caractéristiques de notre époque : culte de la performance, tyrannie de l’urgence, tendance au repli sur la sphère privée, fragilité avérée des collectifs ? Dans quelle mesure « vouloir être heureux à tout prix » est-il – paradoxalement – source de souffrances ?
  • Comment relier cette injonction à l’évolution du capitalisme ? Pourquoi le développement du marché des « marchandises émotionnelles » constitue t-il une nécessité pour la survie du capitalisme ? En quoi est-elle intimement liée à la montée du néolibéralisme (qu’il ne faut pas confondre avec l’ultralibéralisme) ?

PLAN DETAILLÉ DE LA CONFÉRENCE

I/ BIENVENUE EN HAPPYCRATIE

    A/ Un bonheur empreint de contradictions

    B/ Le bonheur : un nouveau droit ?

    C/ Une conception particulière du bonheur

II/ LE SENS DE L’HISTOIRE

    A/ Un relâchement des cadres identitaires

    B/ L’émergence de la psychologie positive…

    C/ Société de l’affect et « mort » du politique ?

III/ LE BONHEUR AU SERVICE DU CAPITALISME

    A/ Bonheur et marchandises émotionnelles

    B/ Le bonheur au travail : graal ou imposture ?

    C/ Bonheur et néolibéralisme

DES PROPOSITIONS POUR ALLER PLUS LOIN

CHAILLAN Marianne, Où est donc le bonheur ? Éditions Les Équateurs – 2021

Si, loin de la promesse de bonheur naïve voire dangereuse que nous vendent les ouvrages de développement personnel, il fallait plutôt reconnaître que du monde, « on ne peut attendre rien de bon », comme l’écrit Schopenhauer ? Si souhaiter être heureux était le moyen le plus sûr d’être malheureux ?

ANKOUA Maud, Kilomètre zéro – En poche (Éditions J’ai lu).

Un roman qui raconte un voyage initiatique en Himalaya sur le chemin du bonheur. Une approche intéressante des philosophies orientales du bonheur.

ILLOUZ Eva et CABANAS Edgar, Happycratie. Comment l’industrie du bonheur a pris le contrôle de nos vies, Premier parallèle, 2018, 21 € – 268 pages

Un essai stimulant, clair et incisif, dans lequel les auteurs montrent comment, en s’appuyant sur la psychologie positive, « l’industrie du bonheur a pris le contrôle de nos vies. ». Un ouvrage incontournable, sur ce thème.

ILLOUZ Eva (sous la direction de…), Les marchandises émotionnelles, Premier parallèle, 2019 Paris, 416 pages. 24 €

Une lecture plus exigeante que l’ouvrage précédent du fait d’une approche davantage théorique. Mais une démonstration magistrale sur le lien entre injonction au bonheur et capitalisme. Le chapitre sur le Club Méditerranée (le plus facile) perturbera sans doute ses clients…

BRUCKNER Pascal, L’euphorie perpétuelle – Essai sur le devoir de bonheur – Poche, 2002

Dans cet essai qui n’a pas pris une ride, et avec un langage accessible, le philosophe analyse ce « nouveau stupéfiant collectif (qui) envahit les sociétés occidentales : le culte du bonheur. Soyez heureux ! Terrible commandement auquel il est d’autant plus difficile de se soustraire qu’il prétend faire notre bien. Comment savoir si l’on est heureux ? Et que répondre à ceux qui avouent piteusement : je n’y arrive pas ? Faut-il les renvoyer à ces thérapies du bien-être, tels le bouddhisme, le consumérisme et autres techniques de la félicité ? Qu’en est-il de notre rapport à la douleur dans un monde où le sexe et la santé sont devenus nos despotes ? ». Un ouvrage incontournable également !

ROUX Mathias, La dictature de l’ego, Larousse, 2018. 24 €

Ouvrage d’un philosophe, facile d’accès qui permet de comprendre comment nous sommes à la fois acteurs et victimes d’une dictature douce : celle de l’ego.

HELBRUNN Benoit, L’obsession du bien être, R. Laffont, Fév. 2019, 544 p, 12 €

Petit ouvrage facile d’accès qui permet de mieux comprendre l’origine de cette mutation anthropologique que nous sommes en train de vivre.

DE FUNÈS Julia, Développement (im)personnel – Le succès d’une imposture. L’Observatoire, août 2019 – 16 €

Tout est dans le titre : une analyse percutante des ouvrages de développement personnel et des pratiques de « coaching ». Facile d’accès mais ne laisse pas de place à la défense…

DE FUNÈS Julia, et BOUZOU Nicolas, La comédie (in)humaine – L’Observatoire, 2018 – 17 €

Une critique virulente de certaines dérives des politiques de management qui veulent – officiellement – notre « bonheur au travail ». Très intéressant pour ceux qui vivent ces pratiques au travail.

LIPOVETSKY Gilles, Le bonheur paradoxal – Gallimard, 2006

Dans cet essai, le sociologue spécialiste de la société de consommation montre comment nous avons du mal à échapper à une société d’hyperconsommation alors qu’elle nous offre un bonheur blessé : jamais l’individu contemporain n’a atteint un tel degré de déréliction. Passionnant !

STIEGLER Barbara, « Il faut s’adapter » – Sur un nouvel horizon politique, Gallimard, janvier 2019 – 22 €

Ouvrage exigeant mais du plus grand intérêt pour resituer ces injonctions au bonheur dans un cadre politique et historique. La philosophe montre l’origine lointaine d’une autre injonction que l’on reçoit : si nous ne voulons pas disparaître, nous devons sans cesse nous « adapter » à un monde de plus en plus complexe et en évolution permanente. Elle montre comment le néolibéralisme propose une justification cohérente à la nécessité d’une remise en cause sans relâche de chacun d’entre nous pour être heureux, du moins pour ne pas être malheureux…

Un ouvrage qui permet de mieux comprendre les choix politiques des 20 dernières années.

L’HEULLIET Hélène, « Éloge du retard », Albin Michel, 15 €, 184 pages. Janvier 2020

Une analyse originale de la part de la philosophe et psychanalyste sur notre obsession à vouloir courir sans cesse en espérant ainsi être heureux. Ne tombons pas dans le « piège » de l’éloge de la lenteur prôné par certains ouvrages de développement personnel, dans lesquels une injonction (« Prends ton temps ») en remplace une autre (« Dépêche-toi » !) …

Arte-dopamine
Sur le rôle de la dopamine dans nos addictions et dans nos comportements à la recherche du plaisir : une série de 10 petites vidéos (6 ou 7 mn)

Détails

Date:
19 janvier 2022
Heure :
18 h 30 - 20 h 30
Catégories d’Évènement:
,

Organisateurs

Marc Gindre
UP Cluses

Lieu

Collège Geneviève Anthonioz De Gaulle
1 avenue Georges Clemenceau
Cluses, 74300 France
+ Google Map
Téléphone :
04 50 18 49 20
Voir Lieu site web